Automate de la relation

Introduction…

Tout est NOUVEAU à chaque moment présent car TOUT « ce qui est » est mouvement et n’est en aucun cas figé à un moment précis pour ensuite être vécu ainsi, figé, au moment suivant.

Lorsque vous êtes face à « ce qui est », ceci est donc UNIQUE, différent de « ce qui a été » et cela est valable pour chaque moment présent.

Lorsque vous êtes face à une situation donnée, vous souhaitez que celle-ci soit précise, soit encadrée afin de pouvoir mieux percevoir ce qu’elle peut bien vouloir signifier (parfois vous apporter !).

Pour cela, vous allez donc utiliser votre mental, qui est un outil très utile et très puissant, afin de rechercher dans celui-ci des situations similaires qui vous permettront de comparer ce que vous êtes en train de vivre avec ces « images » enregistrées par votre mental.

Ces images formant un, MON, cadre, sont le fruit du passé, le fruit de l’enregistrement de chaque moment présent, auxquels vous avez attribué une valeur afin de pouvoir catégoriser ce moment donc de pouvoir le ranger de façon ORDONNEE et ainsi définir un CADRE précis au sein duquel vous savez que vous avez le contrôle.

Donc, vous vivez « ce qui est », NEUF, NOUVEAU sans VALEUR, et vous utilisez votre CADRE afin de pouvoir attribuer une valeur à ce que vous vivez, à « ce qui est »…Sans même vous demander si « ce qui est » est en accord avec ces images que vous avez enregistrées, juste par comparaison entre elles, vous décidez que « ce qui est » est AINSI.

Vous utilisez des images figées avec des valeurs figées (issues de précédentes images figées avec elles-mêmes des valeurs figées…) pour définir « ce qui est »…

Cela indiquerait alors que « ce qui est », au moment où cela est, est IDENTIQUE à « ce qui a été »…

Tout en sachant que « ce qui est » est MOUVEMENT donc totalement différent des images que vous avez figées…

Donc vous vivez « ce qui est » en le comparant en permanence avec « ce qui a été »…et cela afin de pouvoir DEFINIR avec précision « ce qui est » pour MIEUX le catégoriser donc le ranger dans le seul but de mettre de l’ordre dans ce que vous vivez…Vous êtes vous déjà demandé d’où vient cet ORDRE ?

Bref, une introduction un peu longue, certes mais j’estime que celle-ci est essentielle afin d’aborder avec plus de clarté la notion de relation qui est le sujet principal de cet article.

Dans les relations avec soi-disant « les autres » (ai-je encore besoin de démontrer que par les images issues de notre mental que nous projetons sur les autres, nous ne sommes en réalité qu’en relation avec nous même, car les autres ne sont que le reflet de ce que nous projetons sur eux…), NOUS METTONS EN PLACE le même processus décrit dans l’introduction !

Peu importe la ou les personnes avec qui vous êtes soi disant en relation, car en réalité vous n’êtes en relation qu’avec UNE IMAGE LIMITEE de ces personnes.

A chaque moment présent, ces personnes sont différentes du moment précédent, à chaque moment, vous-même, vous vivez des expériences diverses qui vont modifier profondément ou non votre JE/MOI qui de toute façon est INSTABLE, FRAGMENTE mais qui a toujours besoin de CONFORT, de sécurité et qui pour l’obtenir estime qu’il doit conserver son CADRE, son CONNU en POSSEDANT TOUT ce qu’il perçoit comme extérieur à JE/MOI.

Pour cela il doit obligatoirement définir, encadrer, limiter, ordonner tout « ce qui est » afin de mieux le posséder pour en avoir le contrôle…

Le mental fait toujours un parallèle entre « ce qui est », ce qu’il est, et ce qu’il perçoit comme extérieur. Il compare des éléments libres avec des éléments totalement figés qui n’existent plus mais qui sont essentiel à son CONNU donc sa sécurité.

Comment pouvons-nous réellement être en relation avec quiconque en suivant ce principe ?

Un faux centre, JE/MOI, instable, fragmenté, limité, isolé, qui n’a de cesse de fuir l’instabilité dont il est lui-même la source pour rechercher la STABILITE qu’il définie avec des éléments totalement instables ???

Pour cela il doit FIGER tout « ce qui est », figer l’AUTRE par les valeurs qu’il a lui-même inventées en comparant avec des valeurs illusoires.

En réalité, lorsque vous êtes face à l’autre, vous ne savez RIEN de l’autre, vous ne pouvez en avoir le contrôle…

Vous ne faites qu’attribuer des valeurs à l’autre sans même savoir qui est l’autre…

Sans même VOIR ce qu’est l’autre…

Sans même comprendre ce qui est en train d’être…

Dans cette relation vous êtes face à JE/MOI qui souhaite AVOIR le contrôle de la situation et qui donne une valeur à ce qu’il perçoit en utilisant le cadre limité de son petit connu sans même se rendre compte que ce qu’il vit n’a aucun rapport avec ce cadre…

Chaque moment « qui est » nous sommes dans l’inconscience car chaque moment que nous croyons vivre n’est en réalité qu’un mécanisme qui se répète à l’infini et ce de façon identique à chaque fois…

Définir « ce qui est » par une valeur issue d’un cadre limité issue lui-même de ce mécanisme qu’il utilise pour attribuer une valeur…

LE SERPENT QUI SE MANGE LA QUEUE !

Mais, me direz-vous, si on répète X fois le même mécanisme, alors nous sommes des AUTOMATES programmés sans aucune compréhension de ce que nous vivons, et alors nous ne vivons PAS !!!!

La force de l’habitude…et qui dit habitude dit CONNU…

Nous ne savons pas ce qu’est « TOUT CE QUI EST » au moment où cela EST, nous ne faisons que croire que c’EST comme nous l’avons DEFINI !

La prochaine fois que vous croyez être en relation avec une personne, demandez-vous si vous êtes apte à VOIR réellement celle-ci ou bien à DEFINIR cette personne…

Et dans la véritable relation, pas celle qui est basée sur la projection de JE/MOI en train de se juger lui-même croyant juger un élément extérieur, alors vous n’avez aucunement besoin de vous définir, de définir la personne avec qui vous êtes, ni le lieu, ni le moment, ni ce que vous faites…SIMPLEMENT ÊTRE cette relation, sans en attendre quoique ce soit, sans rechercher à l’approfondir, à la court-circuiter…JUSTE ÊTRE ICI ET MAINTENANT tout en sachant que TOUT cela est NOUVEAU et qu’il n’y a nul besoin de conserver une image, de figer « ce qui est »…

Ne croyez pas à ce que vous pensez voir mais à ce que vous voyez,

Partez du principe que l’on ne sait RIEN sur ce qui est en train d’ÊTRE et que l’on n’a nul besoin de le définir selon un cadre limité et figé car cela ne peut nous permettre de VOIR que ce que l’on a envie de VOIR pas « CE QUI EST »…

Juste être attentif, être à l’écoute, être un ESPACE INFINI au sein duquel vous accueillez TOUT ce qui est sans avoir besoin de le définir ni de le retenir car VOUS ÊTES TOUT CE QUI EST…

En cherchant à définir « ce qui est » vous entrez dans la quête illusoire de comprendre ce que JE/MOI est…

Mais JE/MOI n’est RIEN d’autre qu’une IMAGE !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s