Créons du TEMPS…

Créons du TEMPS !

Partons du simple constat qui a été mis à jour la dernière fois, à savoir que nous nous percevons, « définissons » (DEFINIR sera l’objet d’un prochain article même si de nombreuses choses ont été écrites à ce sujet au sein de ce blog, il est essentiel de cerner TOUTES les imbrications de ce besoin de définir chez l’homme !), comme un point A souhaitant atteindre un point B (et ne parlons pas d’un éventuel point C, D, E, F…Ou encore d’un point A0 antérieur à A…).

Ce point B se situant dans un FUTUR éventuel, inventé PAR « JE/MOI » et POUR « JE/MOI » uniquement dans le seul but d’AVOIR une emprise sur son soi disant avenir qui lui appartient, d’AVOIR le contrôle de ce qu’il va vivre donc de pouvoir CHOISIR ce qu’il va vivre !

Tout cela pour AVOIR une consistance, SE PROUVER qu’il existe, qu’il est solide, entier !

Regardons d’un peu plus près les conséquences de la création d’un point A servant de référent, de REPERE, IMMOBILE, STABLE et souhaitant ATTEINDRE un point B qui serait MIEUX que ce qu’il est ICI et MAINTENANT !

Car même si ces points A et B n’existent PAS, même si ils sont au cœur de l’illusion de la vie de tous les jours, pour la plupart d’entre nous, ils sont REELS, tangibles, SOLIDES….ILS EXISTENT !

Et cela nous permet alors de nous reposer sur ces points, d’AVOIR un repère ICI et un autre LA BAS, donc une continuité entre ces deux points, un élément SOLIDE, STABLE…

Nous sommes A et nous souhaitons aller vers B…LE CHEMIN est tout tracé bien évidemment…POURQUOI ? Tout simplement parc que nous avons défini A, puis nous avons défini que A n’était pas satisfaisant et alors nous appuyant sur notre CONNU, nos perceptions, nos expériences, nous avons défini un point B qui serait MIEUX que A et nous l’avons véritablement défini avec tous les éléments requis pour définir avec précision ce que DOIT être B pour NOUS SATISFAIRE, nous apporter ce que l’on RECHERCHE, nous DONNER PLEINE ET ENTIERE SATISFACTION, nous apporter du BIEN-ÊTRE (donc se sentir VIVANT !).

Alors on a A parfaitement défini, B parfaitement défini et on veut aller de A vers B…Bien entendu RIEN n’est clair quand au COMMENT pour atteindre cet OBJECTIF qu’est le point B ! AH saperlipopette, cela semble si près, JE peux presque le toucher ce point B !

Résumons, JE suis A ICI et JE veux être B là-bas…J’ai ICI et j’ai là-bas…J’ai donc une distance qui me sépare entre ces deux points, cette distance JE peux la mesurer et ainsi cela me permettrait d’AVOIR la quantité précise d’unité que je devrais parcourir pour atteindre B.

Cette séparation ne peut être exprimée qu’avec une unité et une seule…UNE UNITE DE TEMPS ! Mais il reste un HIC…JE suis dans l’incapacité de MESURER avec précision cette séparation, JE ne sais pas combien de temps il ME faut pour atteindre ce point B ! Cela n’est pas l’essentiel, maintenant que j’ai défini A et B ainsi que j’ai défini l’unité qui me sépare de B, alors il ne me reste plus qu’à…ATTENDRE !

Or cette attente est également ESTIMEE, MESUREE, et généralement elle est différente de ce à quoi à s’attend et donc l’IMPATIENCE est vite arrivée, n’est-ce pas ?

De plus, il est fort probable de mettre en place des stratagèmes pour diminuer la distance entre A et B. Nous pouvons inventer des STADES intermédiaires, des repères supplémentaires pour d’une part nous permettre de nous SENTIR SOLIDEMENT AVANCER vers le point B par l’atteinte de ces STADES, et d’autre part pour donner une continuité plus forte entre A et B et donc solidifier le chemin parcouru, ainsi pouvoir MESURER le chemin parcouru, VOIR que l’on était A et que l’on DEVIENT B progressivement, se donner l’IMPRESSION d’ÊTRE MIEUX…Se donner de l’espoir de par le chemin parcouru or qui dit ESPOIR dit ATTENTE d’un résultat au bout du chemin…Et vous savez parfaitement ce que cela signifie, n’est-ce pas ? Ce principe va également renforcer l’envie de regarder en arrière et de COMPARER ce que l’on était avec ce que l’on est et ce que l’on POURRAIT DEVENIR…Ce que l’on voudrait devenir !

Résumons, voyez l’ensemble des tourments que va occasionner la création d’un point A et d’un point B, point A qui représenterait notre état actuel et point B un état que nous aimerions devenir !

Le passé n’est plus qu’images figé dans notre cerveau, il n’existe plus !

Le futur est une banque d’images issues d’un passé interprété que nous avons figé et dont nous nous servons pour effectuer des projections afin de créer un futur potentiel pour nous donner l’impression d’AVOIR le contrôle !

Nous sommes totalement identifiés à une entité, « JE/MOI », qui est purement illusoire car une simple invention du cerveau pour lui permettre d’AVOIR un repère stable face à un monde instable qu’il a lui-même inventé de par sa perception tellement limité de « ce qui est » !

Tout n’est que perception, croyance, incertitude, « JE » ne sais RIEN, « JE » ne comprends RIEN, « JE » n’ai aucun contrôle…Et « JE » décide de DEFINIR un point A pour me sentir STABLE, SOLIDE !

« JE » invente de toutes pièces un POINT A qui n’est qu’une pure illusion issue de l’ensemble de ces perceptions très limitées auxquelles il a donné des valeurs elle mêmes inventées de toutes pièces pour renforcer la solidité de so existence en attribuant à un monde inconsistant qui n’est RIEN d’autre que le reflet de cette structure « JE/MOI » qui n’est que du VIDE, une solidité !

Un point A qui n’est que du VENT, du VIDE…

On invente UN POINT B de la même façon…

ET ensuite on VOIT un CHEMIN nous permettant de partir d’un point A illusoire, qui n’est que du VENT, du VIDE, pour aller, en suivant un chemin illusoire, vers un point B qui n’est que du VENT, du VIDE…Et TOUT CE VIDE DONNE NAISSANCE A DU TEMPS…UN temps illusoire, un temps psychologique qui nous procure tant de MAL-ÊTRE !

Alors vous souffrez de votre point A qui ne vous satisfait pas, en sachant que vous avez inventé de toute pièce ce point A, et vous souhaitez allez vers un point B qui n’existe pas non plus mais que vous avez inventé et auquel vous vous accrochez car c’est un REPERE SOLIDE vous permettant de vous sentir SOLIDE, en suivant un chemin que vous avez également inventé de toutes pièces et que vous avez-vous-même défini comme étant LE CHEMIN à suivre pour atteindre B qui n’est que du VIDE….Ne soyez pas étonné si après tout cela, vous vous sentez fatigué et déçu…Car partir du VIDE pour parcourir du VIDE afin d’atteindre du VIDE…Il y a un truc un peu étrange dans ce processus, vous ne trouvez-pas ?

Bien souvent vous êtes prisonnier d’un monde psychologique qui n’est autre que le reflet de ce temps psychologique que vous avez-vous-même inventé et qui vous sert de repères, qui sert de repère à « JE/MOI », pour vous donner un sentiment de continuité, de solidité, de stabilité, de confort…DE SECURITE !

Vous êtes les artisans de vos propres souffrances, vous êtes les créateurs de votre propre mal-être, car vous croyez réellement être ce « JE/MOI »…

Alors c’est pour QUAND le réveil selon votre horloge psychologique ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s