Si Simple…

Voyez-vous lorsqu’on écrit tout simplement, comme cela sans objectif, sans rien focaliser, sans même chercher à partager mais juste à écrire alors il se produit quelque chose, tout se met en place sans aucune recherche, sans volonté de vouloir définir quelque chose, définir un sens à ce que l’on écrit, insuffler une substance, rechercher à expliquer ou bien à comprendre…

Simplement aligner des mots les uns à côtés des autres sans leur donner une valeur, ni attribuer une image et alors l’esprit est clair et il n’y a plus aucune nécessité de donner un sens car il vient de lui même, il s’invite au sein de l’espace qui s’ouvre lorsque tout « ce qui est » est…

Et si c’était aussi simple que cela « VIVRE » !

Est-ce que ce message sera clair ou bien permettra-t-il de pouvoir être pleinement présent, ce qui est ICI ET MAINTENANT sans fixer une image de ce que vous pensez pouvoir définir de ce message…ni rechercher à saisir le sens de ce message…

Juste voir que l’attachement à ce que vous lisez n’est encore qu’un subterfuge de ce que vous avez défini comme étant ce que vous devez être pour éviter d’être face à ce que vous ne pouvez définir et qui ne peux être acceptable selon ce que vous êtes certain d’être…

Dans l’ICI et MAINTENANT, JE n’existe pleinement pas, cela n’est pas une modélisation de « MOI » me percevant comme absence, comme si « MOI » s’effaçait parce que JE le modélise ainsi…

Simplement en étant pleinement ICI et MAINTENANT, l’ensemble « MOI » (STRUCTURE + mécanismes) n’ont plus besoin d’AVOIR une substance (ne vous attachez pas au mot substance d’ailleurs car nous ne savons point ce que cela EST…) car c’est seulement lorsque « MOI » est pris dans le tourbillon de sa propre croyance en son existence qu’il défini ce qu’il a choisi de définir comme étant une substance, un élément de plus qu’il doit AVOIR pour DEVENIR…

« JE » réfléchissant « MOI », « JE » ayant une réflexion sur « MOI »…

« JE » ne peux prétendre saisir « MOI », « JE » ne peux prétendre comprendre « MOI », « JE » ne peux RIEN faire d’autre que de renforcer la croyance en la nécessité d’AVOIR cette substance pour renforcer « MOI ».

Lorsque l’on est pleinement présent alors « être » n’existe même plus, car « être » est également une définition de ce que « MOI » défini comme ce qu’il est et ainsi définir et s’attacher à ce qu’il peut devenir avec le TEMPS…

Le mot « être » devient un objectif avec une valeur qui permettrait à « MOI » d’AVOIR une substance…

TOUT est là…

Tout est dans l’absence de définition d’une substance…Simplement d’une substance ou bien dans l’absence de définition ?

TOUT est dans cette absence, dans ce RIEN qui même si on n’y prête pas attention devient alors un autre subterfuge.

Car encore une fois en indiquant une valeur à ce RIEN (une valeur NULLE, ZERO qui en réalité représente bien quelque chose en l’occurrence, n’est-ce pas ?), par la recherche de la compréhension de ce RIEN, que peut bien être ce RIEN? Alors on est pris dans les mécanismes de « MOI »…

Lorsque l’on est pleinement présent et ATTENTIF à « MOI », la structure et les mécanismes, on ne modélise plus MOI, simplement on observe l’absence de substance engendrant une recherche de substance mais sans se demander pourquoi cela se produit ni dans quel but, sans rien juger de ce qui est en train d’arriver car pleinement présent, alors on est attentif au fait que ce n’est pas un mécanisme extérieur mais que c’est ce que l’on est et pas ce que l’on observe, voyez-vous l’observateur est l’observé…cela est-il clair de façon instantanée ? La compréhension n’est pas le fruit d’une recherche ni du désir de comprendre…

  • Si vous n’êtes pas présent alors le mécanisme de la recherche de la compréhension prend le pas sur l’attention et voyez-vous vous allez encore une fois définir une recherche qui vous apparaîtra comme essentielle. Car vous sentez que vous avez besoin de comprendre pour vous sentir apaisé, n’est-ce pas ?
  •  Vous sentez que quelque chose vous manque ? et sans cette chose vous ne pourrez accéder à …Mais oui en fait accéder à QUOI ?

Alors qu’il suffit de lire, d’être attentif à chaque moment présent, de laisser être et de laisser mourir ce qui est lu pour être présent et alors la compréhension viendra d’elle-même, sans aucune recherche, aucun effort pour essayer de comprendre qui ne sont que des mécanismes issus de « MOI »…Êtes-vous présent et attentif à ce qui est exprimé ?

Et lorsque l’on est pleinement présent, attentif alors tout devient absence (encore une fois sans définir ni comprendre uniquement le mot « absence » mais simplement en étant présent…), non pas de substance, car au final cette soi-disant substance découle encore une fois d’une définition de substance définie par « MOI » donc n’est qu’une modélisation de la définition de substance selon « MOI », mais absence d’une séparation entre « MOI » et ce qui est

et « ce qui est » n’est plus ce que « MOI » Vit…

Car si « JE/MOI » n’est plus défini de par ce qu’il observe étant donné qu’il est ce qu’il observe…alors tout se dévoile…

Et l’illusion même de la vie se dévoile, le cycle même de la vie et de la mort se dévoile;

JE/MOI étant au centre de TOUT, lorsque celui-ci s’accepte pleinement pour ce qu’il est et accepte qu’en réalité il ne va pas mourir étant donné qu’il a lui même défini qu’il était « finissable » alors qu’en réalité quand il est face à ce qu’il est, il voit qu’il lui est impossible de se définir car il n’est pas, il n’a aucune substance car il n’y a aucunement besoin d’en avoir une, il voit qu’il a lui même mis en place un jeu et qu’il est la victime de ce jeu car il s’est pris au sérieux….

Et « JE/MOI » n’étant pas alors il devient logique qu’il n’y ait plus besoin de s’effacer, plus besoin de mourir étant donné qu’il n’est PAS mais recherche justement à être…

C’est dans cette recherche qu’il est, mais si cette recherche se rend compte qu’elle est en réalité ce qu’elle recherche alors il n’y a plus rien à trouver, donc la recherche cesse d’elle même sans même mourir étant donné qu’en réalité elle n’a même pas débutée mais croit qu’elle a commencée, d’où la raison pour laquelle elle croit qu’elle se terminera lorsqu’elle aura trouvée…

  • VOYEZ-VOUS pleinement?
  • Êtes-vous pleinement présent à ce qui est?

Mais cela ne peut être vécu ni raconté car « ce qui est » est indéfinissable, cela ne peut être transmis car « ce qui est » est et n’a pas besoin d’être, aucun guide ne peut vous permettre d’être ou d’atteindre « ce qui est », RIEN car vous êtes le seul à être face à ce que vous êtes certain d’AVOIR défini, seul face à cette soi disant recherche…

Pleinement présent et attentif à « MOI » alors le rapport avec « ce qui est » est direct, et vous ne cherchez plus à être, VOUS ÊTES sans être…

Car il n’y a plus d’observateur recherchant à donner une substance pour en AVOIR une, mais l’absence de définition même d’une substance extérieure à « MOI » permettant de devenir cette substance qui n’est autre qu’une modélisation de ce que « MOI » a envie d’être…Une projection de « MOI » qu’il modélise pour devenir…

Le rapport avec ce système « MOI » tout entier est étrange, présent à ce système « MOI » chez l’autre qui est et cherche à être substance est tourbillon…

Toute définition, toute croyance en une substance attribuée par ce « système définition » se dévoile et vivre n’est plus chercher à être et on est présence et attention.

« Ce qui est » est « ce qui est » sans attribuer de forme pensée pour définir et le rendre substantiel…

Ce que vous croyez vivre n’est qu’une modélisation de « MOI »…

Utile, inutile, n’est qu’une modélisation afin de donner de la substance à ce que vous vivez pour poursuivre la recherche de substance, VOTRE recherche…

Qui en réalité n’est pas VOTRE recherche mais ce que VOUS ÊTES croyant avoir été engendré pour une raison précise, bien défini vous donnant ainsi une substance, une substance à ce que vous avez défini être ou plus tôt à ce que vous avez défini comme étant à devenir !

En absence (sans définir ce qu’est absence) de substance, alors reste-t-il un besoin d’AVOIR cette substance qui n’a plus aucune définition?

Et alors tout devient clair, limpide et ce que vous vivez n’es véritablement RIEN d’autre que ce que vous inventez pour renforcer votre propre croyance en cette substance…

  • Donc pourquoi en conserver la trace, pourquoi en faire l’essence même de ce que vous êtes ?
  • Et pourquoi se demander pourquoi d’ailleurs ?

Se détacher de tout cela est si simple car en réalité il n’y a même plus besoin de le faire…ni de rechercher à le faire…le détachement n’est pas le fruit d’une recherche, d’une croyance, d’une volonté…

ET alors tout ce que vous vivez devient sans substance et c’est en cela que l’on est présence…Dans l’attention…

Alors vivre selon la définition que vous avez inventé de la vie ou bien…

Tout est si simple en réalité…

Comme il est énoncé au début de ce message, rien n’est à saisir car cela est ancré dans la définition d’un sens à ce qui est exprimé et dans la recherche de ce sens sans même voir le message, sans être en contact direct avec ce message…

Simplement présence et attention…Rien n’est ce que vous avez défini être…

Être pleinement présent et attentif alors il n’y a aucun partage selon la définition de partage, simplement l’indéfinissable à chaque instant…

L’attachement à ce que « JE » ressens, ce que « JE » vis, ce que « JE » perçois, etc. Tout cela n’est qu’illusion pour renforcer la modélisation que nous avons engendrée d’une substance…

Et c’est dans cette absence de croyance en la définition même d’une substance qu’est la présence.

Les mots semblent si limités, les personnes si fragmentées car elles ne sont que le reflet de ce que nous sommes…mais l’accepter est délicat, n’est-ce pas?

Alors la solitude apparaît de façon irrémédiable, n’est-ce pas ? Mais il est une solitude qui est indéfinissable, solitude ancrée  en présence et dans l’attention, cette solitude est ! Et elle est espace ouvert et infini, car seul face à « MOI », attentif à « MOI », dans l’acceptation de ce « MOI » on EST présence…

Quand vous pensez, vous dites, J’AIME…

le faites-vous sans croire à ces mots ni vous y attacher…

  • Sans même les définir…
  • Sans leur donner un sens…
  • Ni une substance.
  • Sans chercher à prolonger ce mot…

L’amour n’est pas AMOUR sans présence et attention…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s