Solitude de « MOI »

  • Tout commence avec « MOI » et TOUT se finit avec « MOI »…
  • La solitude de « MOI » face à « MOI »…
  • La seule et unique voie pour « MOI »…
  • Face à « ce qui est » pour être présent à « MOI » !

Que savons-nous réellement ?

Est-ce que toute la connaissance stockée depuis des milliers d’années par l’être humain représente « ce qui est » ? Une partie de « ce qui est » ? Ou bien seulement ce que nous avons choisi de définir comme ce que nous avons envie d’être ?

« MOI » a BESOIN de ce savoir car il lui permet de combler, enfin il est certain que ce savoir va pouvoir combler, ce VIDE qui ne cesse de grandir en chacun d’entre nous. Et ce que nous soyons seuls ou bien accompagnés.

Chaque jour ce vide ne cesse de grandir, pourtant chaque jour nous AVONS plus de SAVOIR ou bien PLUS de compréhension du SAVOIR que nous accumulons au fur et à mesure du TEMPS !

Nous avons de plus en plus d’outils à notre disposition pour augmenter ce SAVOIR et augmenter la compréhension de ce qui nous environne, n’est-ce pas ?

  • Mais sommes-nous pour autant moins VIDE ?
  • Sommes-nous véritablement apte à nous définir avec plus de précision chaque jour ?

D’ailleurs soyons attentif à cette notion de temps, toujours une entité ancrée, figée dans un temps défini par elle-même. Un temps au sein duquel elle est limitée, limitée dans sa quête de SAVOIR d’elle-même, de comprendre pourquoi ce vide est toujours et irrémédiablement présent en elle ?

Soyons attentifs et ouverts, dans l’acceptation pleine et entière de ce soi-disant vide. Laissons le être totalement pour ce qu’il est et non pour ce que nous avons envie qu’il soit !

Soyons pleinement présent au simple fait que ce soi-disant VIDE n’est rien d’autre que la définition d’un MANQUE, d’une ABSENCE en COMPARAISON (ah toujours cette fameuse comparaison, la discussion suivant sera consacrée à ce mécanisme qui prend tant de place dans nos vies.) en comparaison de la MODELISATION (toujours la modélisation, soyons attentifs sur ce point) d’UNE PRESENCE, de l’IMAGE ayant la valeur de « présence » et qui de par cette valeur devient alors SOLIDE selon, encore une fois, notre modélisation, notre conception de LA SOLIDITE ! Et lorsque l’on compare cette solidité avec ce que l’on ressent intérieurement sur « MOI » alors cette sensation prend la valeur de « VIDE » car n’étant pas qualifiée de « présence solide » ! Etrange, non comme JEU DE REFLET !

A partir de ce simple fait, soyons attentifs et pleinement ouvert à ce mécanisme de formation de l’absence en comparaison d’une soi-disant présence (« MOI » se qualifiant de présence solide de par les liens établis et les impacts avec les éléments qu’il a défini !) et soyons pleinement présent à la naissance du BESOIN DE COMBLER CE VIDE engendré par « MOI », donc nous même via un autre mécanisme qui est la COMPARAISON de modélisations engendrées par « MOI » !

Tout le monde suit ?

« MOI » engendrant la modélisation de sa propre solidité ne peut accepter le face à face avec lui-même, car ce face à face engendre alors la modélisation de la notion de VIDE comparée à la solidité que « MOI » a défini comme étant son état ! Du moins un état qu’il recherche à atteindre en permanence sans même voir, être présent au simple fait qu’il a lui-même engendré cette modélisation de la solidité sans même SAVOIR ce qu’elle est en réalité.

« MOI » ne sait RIEN de cette solidité et tente, en vain, de renforcer la définition qu’il a engendrée de la solidité afin de lui donner plus de substance, donc de solidité pour pouvoir s’y accrocher et se sentir ÊTRE !

Alors, soyons ouvert et attentif à ce point, « MOI » est une modélisation engendrée par « MOI !

Si « MOI » est la modélisation de « MOI » par « MOI », alors « MOI » est le reflet de « MOI » auquel « MOI » attribue une valeur de solide selon la définition qu’il a lui-même choisi, et dont il est certain que c’est la seule et unique définition valable de la solidité, lui permettant alors de renforcer sa propre solidité !

Donc « MOI » ne pouvant en aucun cas être en contact direct avec ce qu’il est, va alors modéliser ce qu’il est certain d’être afin d’en AVOIR le contrôle pour se sentir en sécurité !

Partant de ce constat, on est pleinement attentif et l’on est présent au simple fait que « MOI » ne sait RIEN sur « MOI » et que c’est ce NON SAVOIR sur « MOI » qu’il va alors comparer à ce qu’il est certain de SAVOIR pour engendrer la notion d’ABSENCE, donc de VIDE !

Le BESOIN de combler ce VIDE va alors être engendré à son tour et donner naissance au BESOIN DE SAVOIR, ce que JE SUIS, ce qu’est « MOI ». Sans même être attentif au simple fait que cette recherche est une simple conséquence d’une modélisation issue de la définition de « ce qui doit être » sans aucune présence à « ce qui est » !

Une belle façon de ne pas faire face à « MOI », enfin la modélisation de « MOI » qui n’est que le reflet de « MOI » !

L’envie, le besoin de SAVOIR va donner naissance à l’analyse de tout ce qui est perçu par « MOI » afin de le définir pour renforcer la comparaison entre ces éléments extérieurs définissables par « MOI » et « MOI » !

Ainsi « MOI » sera plus apte à se définir…Sauf que « MOI » se rend compte que plus il accumule plus il y a à SAVOIR. Que plus il tente de combler ce soi-disant VIDE, plus celui-ci grandit.

  • Car au fond comment combler un vide qui n’existe pas ?
  • Comment combler un vide illusoire qui est né d’une modélisation de « MOI » par « MOI » ?
  • Comment combler un vide illusoire avec des éléments illusoires ?

Au final, vous êtes donc en permanence face à « vous même » et ce quelque soit votre place, votre origine, votre culture, vos racines et votre soi-disant SAVOIR !

SEUL AVEC « MOI »

Au final vous ne faites que percevoir vos propres modélisations auxquelles vous donner des valeurs afin de renforcer la solidité de ces modélisations.

Vous tentez de combler un vide dont vous êtes l’auteur de par l’absence à ce que vous êtes engendrée par la recherche de ce que vous avez envie d’être !

Vous tentez de combler ce vide avec des images dont vous êtes l’auteur car après tout être l’auteur de ces images est bien une preuve que vous êtes SOLIDE, n’est-ce pas ?

Ces mécanismes et leurs conséquences formant alors une structure SOLIDE preuve de votre SOLIDITE, n’est-ce pas ?

Et si tout simplement il suffisait d’être pleinement attentif, ouvert dans l’acceptation totale de tout « ce qui est » au lieu de vous focaliser sur tout « ce que vous avez défini comme ce qui est »

Travailler avec « MOI », Pratiquer, être attentif, ouvert, dans l’acceptation totale, inconditionnelle, sans jugement, sans comparaison, sans contrôle de « MOI », voilà le seul et unique pas à faire pour être pleinement présent !

Être présent à la modélisation de « MOI » par « MOI » et à tout ce que cela engendre afin de donner une solidité à « MOI » pour renforcer l’attachement à « MOI » et rechercher à donner VIE à « MOI » pour se sentir STABLE et CONTINUE !

Tout débute avec « MOI » sans pour autant le faire pour « MOI », espace ouvert et infini où l’on fait face à l’impossibilité de la définition de « MOI » par « MOI » sans aucun besoin de chercher un repère, un refuge pour être autre chose que ce que l’on est ICI ET MAINTENANT !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s