Ici et Maintenant…

  • Est-ce qu’ICI et MAINTENANT peut se définir?
  • Si l’on commence à définir ICI ET MAINTENANT est-ce réellement ici et maintenant ?
  • Etant donné que la définition est un mécanisme issu d’une comparaison avec un élément du connu, donc du passé?
  • Est-ce que le moment présent découle du passé ?
  • Est-ce que le moment présent est une prémisse du futur ?

Ou bien Ici et maintenant est-il UNIQUE est non relié au passé et au futur ou bien est-il en réalité le passé, le présent et le futur, tout en UN ?

Soyons attentifs à ce simple moment présent, ici et maintenant, maintes fois utilisé dans ce blog, au sein des articles qui ne sont en aucun cas la modélisation, ou censé donné naissance à une modélisation de l’ici et maintenant, sinon nous serions alors dans le modèle de « MOI » souhaitant définir un élément lui servant de repère, n’est-ce pas ?

ICI, est-ce une modélisation d’un lieu, d’un endroit précis qui donnerait alors naissance à la définition d’une situation bien définie, précise, entière et stable ?

MAINTENANT, est-ce également une modélisation d’un moment, d’un instant précis, défini donnant plus de solidité à un « MOI » à ce moment précis ?

ICI et MAINTENANT, cela semble si simple de définir ce moment présent, de l’associer à la notion temporelle et spatiale.

Le temps et l’espace permettant alors de définir un POINT précis auquel se raccrocher, UN repère qui permet alors de SAVOIR où et quand JE SUIS…

Un refuge bien délimité, encadré. Un point de départ, pour évoluer vers un autre point, un autre moment soi-disant présent…Est-ce alors ici et maintenant si l’on définit celui-ci par rapport à un point du passé servant de trace pour définir un chemin de notre évolution ?

Et si simplement ici et maintenant n’avait aucunement besoin d’être défini, d’être solide, stable, d’être un point précis servant de repère.

Simplement ICI et MAINTENANT sans avoir besoin de SAVOIR ce que c’est, sans avoir besoin de modéliser ce que cela EST, sans avoir de signification particulière à laquelle se raccrocher afin d’AVOIR un repère nous offrant alors un point d’ancrage pour nous rassurer.

  • JE ne me sens pas bien…
  • Voyons ICI ET MAINTENANT…J’accepte, JE ne vais pas BIEN…
  • Je ne me sens pas bien ici et maintenant…
  • Cela ne va pas durer car APRES cela sera différent, n’est-ce pas ?

Dans un premier temps comment pouvons-nous définir ce « PAS BIEN » ? Sommes-nous certain que cela est « PAS BIEN » ou bien avons-nous décidé que cela est « PAS BIEN » ? En nous basant sur QUOI ? Sur notre CONNU ?

Un état que nous connaissons et qui est défini comme « PAS BIEN »…Bref, devons-nous poursuivre sur ce point ?

Ensuite, « Après » est défini en comparaison d’ici et maintenant…NON ?

En définissant « ce n’est qu’ici et maintenant » alors nous encadrons ici et maintenant comme un moment précis, avec une limite.

Par la suite, il y aura un autre moment précis différent du moment précédent qui pourrait m’apporter MIEUX, qui pourrait me permettre de ne plus me sentir MOINS…

Véritablement, est-ce ainsi que l’on est dans l’être ?

Un moment limité, encadré…

  • Est-ce véritablement un espace OUVERT au sein duquel TOUT est accepté, tout est « ce qui est » ?
  • ICI et MAINTENANT doit-il être un repère ?
  • Doit-il être un MOMENT précis avant un autre ou après un autre ?
  • Un moment ayant été engendré par un moment AVANT et donnant naissance à un moment APRES ?
  • Dans l’attention pleine et entière, séparons-nous un moment d’un autre?
  • Existe-t-il un moment avant et un moment après ?

Dans l’attention pleine et entière, dans l’ouverture et l’acceptation, pleinement présent, est-il encore nécessaire de fragmenter les moments ou bien est-ce qu’il existe un ICI et MAINTENANT infini, ouvert et inconditionnel…

Sans moments fragmentés, existe-t-il encore un « MOI » fragmenté ?

Sans moments à définir, existe-t-il encore un « MOI » à définir dépendant de ces moments ?

  • N’est-il pas évident que « MOI » est issu de cette notion de temps ?
  • Qu’en réalité le temps permet de renforcer l’ancrage en « MOI » et que via ce temps, « MOI » à trouver le moyen de se donner une solidité ?
  • Est-il alors possible de se détacher pleinement de ces moments fragmentés ?
  • Est-il possible de s’ouvrir totalement sans définir « ce qui a été », « ce qui est » et « ce qui sera » ?

Etre pleinement présent au simple fait qu’ICI et MAINTENANT est infini, espace ouvert et que la définition d’un moment, soi-disant présent, n’est qu’une fragmentation permettant d’AVOIR une emprise sur ce que JE SUIS ! De définir un état « MOI » à un moment donné offrant alors une accroche solide, un point de repère à « MOI » pour s’affirmer toujours plus.

  • Au final, le temps est-il un élément solide auquel se raccrocher ?
  • Au final, si le temps n’est plus un repère stable, solide et continu ?
  • Au final si le temps n’est plus fragmenté, si le passé, le présent et le futur ne sont qu’un, existe-t-il encore un début et une fin ?
  • Sans début et sans fin, l’histoire de « MOI » est-elle encore réelle, solide ?

Définir un « MOI », s’accrocher à « MOI », vivre par et pour « MOI »…lorsqu’il n’y a plus de repère, plus de refuge, plus de trace, plus de fragmentation… Ouverture, acceptation, attention et présence…INFINI et INCONDITIONNEL…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s